« Le jeu de l’amour et du hasard » dynamité au Théâtre Michel

Le jeu de l’amour et du hasard de Marivaux est un souvenir de jeunesse pour moi qui l’ait étudié au lycée. Ici, Salomé Villiers décide de dynamiter le classicisme du texte dans une mise en scène moderne.

Ainsi Silvia et Dorante se retrouvent transportés dans un univers pop et kitsch qui s’allient parfaitement avec l’humeur de la pièce. Silvia a toutes les raisons du monde d’être inquiète : son père, Monsieur Orgon, lui propose le mariage avec un parfait inconnu. Elle décide alors d’endosser le costume de sa suivante Lisette, afin de percer à jour le caractère de ce soi disant « bon parti ». Sous les regards amusés de Monsieur Orgon et de son fils Mario, les quatre amoureux se débattent derrière leurs masques afin d’être aimés pour ce qu’ils sont en dépit des convenances sociales. S’en suivront quiproquos et rebondissements sur un rythme endiablé jusqu’au triomphe de l’amour.

Finalement, malgré la préciosité du langage du XVIIIème siècle, rien ne sonne faux ce qui est souvent le cas dans des réadaptations modernisées. La pièce de Marivaux est accompagnée de séquences vidéos qui viennent soutenir la trame comique de la pièce et donne une vraie impulsion au déroulé des événements.

La troupe qui défend la pièce est parfaite et campe la caricature de leur personnage avec délectation à un rythme effréné. Ancrée dans notre époque, Sylvia devient la féministe alors que les servants sont un peu les beaufs de chacun. On ne s’ennuie pas une seconde et quel plaisir de redécouvrir un classique du théatre français.

La seule chose qui me refroidissait pour cette pièce, il faut bien le dire, c’est l’affiche qui ne me parlait pas du tout et me rebutait même. Heureusement que je suis allée au délà de mes a prioris.

ATTENTION : dernières représentations au Théâtre Michel à Paris jusqu’au 6 mai 2017.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *