Naya émeut avec sa voix, sa guitare et son EP « Blossom »

En cinq chansons, une artiste est née : Naya. La première identité est bien sûr la voix de Naya, douce et très affirmée, bluesy mais mise au service d’une pop rêveuse et mélancolique.

« I am not like the other girls of my age, my universe is so far from theirs » chante Naya en ouverture de « Jukebox ». Et il est vrai que, si Naya est, par certains aspects, une pure « Millenial », son histoire croise les années 60 et l’ère Youtube.

Naya est née en 2000, a commencé le piano à cinq ans au Conservatoire, la batterie quelques années plus tard ; elle a découvert les Beatles à dix ans en vinyl grâce à la collection de ses parents, s’est mise à chanter dans la foulée et a peaufiné son apprentissage de la guitare via des vidéos sur internet, après que son père lui ait appris quelques accords. Elle commence rapidement à picorer sur le web et dans la discothèque familiale de quoi se constituer une culture musicale solide, et apprend assez d’anglais pour composer, à douze ans, sa première chanson, inspirée par un voyage en famille à New York.

Elle vient de sortir son EP Blossom pour présenter son travail d’auteur-compositeur. A découvrir ici :

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *